Comment guérir un cœur blessé ?

Cet article va tenter de nous aider à mieux comprendre les raisons pour lesquelles notre cœur se sent parfois blessé, vide ou abîmé et les façons d’y remédier.

multitude de bougies allumées avec au premier plan, une rose et deux bougies dans un contenant en forme de cœur.

Pourquoi mon cœur se sent parfois tellement blessé?

Moi l’âme, j’ai commencé mon histoire dans un monde d’amour divin, un monde d’amour tel qu’il n’y a pas de division, pas de concept de « toi » ou « moi », nous sommes tous un. L’atmosphère est en résonance totale avec le sentiment de proximité, d’appartenance et d’amour.

Cette expérience de la perfection de l’amour est enregistrée dans ma mémoire, et c’est pourquoi, si nous sommes de vieilles âmes, nous sommes très idéalistes sur ce que devrait être l’amour. Comme j’ai goûté à la perfection, si mes relations actuelles ne sont pas à la hauteur, ou si je ne parviens pas à maintenir des sentiments d’amour durables, j’ai au fond de moi un sentiment d’échec : je me dis que je ne suis pas très doué.e dans ce monde de relations pour me relier avec les autres et partager de l’amour.

L’amour se transforme en « EGO »

Par la suite, je n’ai pas cessé d’aimer. J’ai continué à aimer, mais j’ai juste commencé à aimer les mauvaises choses. C’est aussi simple que cela.
Quand je m’aime en tant que corps, cela devient de l’ego.
Quand j’aime le corps des autres, cela devient du désir et de l’attachement.
Quand j’aime les biens matériels et l’argent, cela devient de l’avidité.
On pourrait presque dire que tous les vices sont des formes perverties de l’amour.

J’avais un cœur plein d’amour au début de mes incarnations, mais maintenant j’ai besoin d’amour, j’attends des autres qu’ils m’aiment, je m’attends à ce qu’ils remplissent le vide qui est dans mon cœur. Je cherche le véritable amour. J’investis mon cœur dans les relations et je donne tout, mais aucune relation n’est permanente. Que ce soit à cause du temps, de changements, de conflits, de la mort, l’objet de mon amour s’en va, et cela m’affecte en profondeur. Je ressens de la peur et de l’insécurité et, à partir de là, j’introduis dans mes relations beaucoup de peur, d’insécurité et de préférences : je t’aime bien, mais je préfère untel… Ainsi, le monde que je connaissais d’amour parfait a été brisé. L’atmosphère a changé.

Les différentes sortes d’amour

Et puis j’entre dans un autre monde, et quand j’entre dans cet autre monde, que devient l’amour ? J’aspire toujours à cet amour véritable, cet amour pur, mais qu’est-ce que je reçois ? Je reçois un amour conditionnel. L’amour conditionnel, c’est comme un robinet : on peut l’ouvrir ou le refermer. Je t’aime ou je cesse de t’aimer. J’utilise l’amour pour manipuler et contrôler. L’amour conditionnel dit : « Je t’aimerai si tu fais ce que je veux ». C’est un amour qui manipule et contrôle.

Il y a aussi l’amour égoïste. Parfois le cœur est tellement vide que tout ce à quoi je pense, c’est que tu me soutiennes, que tu m’aimes, que tu t’occupes de moi. Quand j’ai ce type d’amour égoïste, je finis par avoir trop d’attentes sur ce que l’autre devrait me donner. Et s’il ne répond pas à ces grandes attentes, je me sens profondément déçu.e. Certains sont déçus en permanence par les autres. En fait, nous ne réalisons pas que c’est notre propre égoïsme qui en est la source.

Nous pouvons aussi avoir connu un amour superficiel basé sur le fait d’aimer l’autre en tant que corps, plutôt qu’en tant qu’âme. Quand j’aime l’autre comme un corps, je ne vois que ce qui est superficiel. Et puis, quand j’apprends à le connaître vraiment, je vois des traits de personnalité qui ne m’étaient pas apparus au premier abord. L’amour peut alors passer d’une attirance incroyable à du désintérêt, de l’aversion ou même du rejet. Je traverse un cycle complet d’attraction-répulsion qui me fait beaucoup de mal. Je me basais juste sur ce que je voyais physiquement plutôt que de rencontrer vraiment l’âme.

Parfois l’amour devient dépendance et j’ai le sentiment de perdre complètement ma liberté. Cela devient une relation d’amour-haine : je t’aime parce que tu me soutiens, mais je ne t’aime pas parce que je me sens contrôlé. J’ai le sentiment d’avoir perdu ma liberté, ma liberté d’esprit.

Alors, pour me protéger, je construis un mur autour de mon cœur

En vivant toutes ces formes d’amour, mon cœur devient blessé, abîmé. Je me sens très vulnérable et pour me protéger, qu’est-ce que je fais ? Je construis un mur autour de mon cœur pour m’éviter d’être blessé, car la plus grande douleur dans la vie est celle des relations, de ne pas se sentir aimé, accepté, de se sentir rejeté sans être aimé. Alors, pour me protéger, je construis un mur afin de ne pas vivre cette douleur. Le problème c’est que ce mur m’empêche également d’exprimer mon amour qui prend alors la forme de l’ego.

Il y a une relation si profonde entre l’ego et l’amour ! Plus j’ai d’ego, moins je suis « aimable ». L’ego se met à murmurer dans mon esprit : « Tu n’es pas à ta place ; ils ne veulent pas de toi, ils ne t’aiment pas, ils ne t’acceptent pas. » Et cette histoire est si forte dans ma tête que je me sens vraiment déconnecté, je ne suis bien nulle part, et c’est probablement la plus grande souffrance de l’esprit humain. L’ego me fait me sentir à part.

Au début, mon cœur était totalement ouvert, j’étais en contact avec tout le monde. Tous ceux que je rencontrais partageaient à 100 % ces beaux sentiments, le don et l’amour. Et me voilà avec un mur autour du cœur, une peine profonde à l’intérieur. Et chaque fois que je perds une relation ou que la mort me sépare d’un être cher, la profonde blessure de chagrin à l’intérieur de moi s’ouvre à nouveau.

Les différentes maladies de cœur

Parfois, j’ai le cœur brisé, un cœur qui a subi une perte à cause d’un conflit, d’une séparation, de la mort. J’ai reçu le soutien de quelqu’un, ce quelqu’un est parti et mon cœur s’est brisé.

Parfois, j’ai le cœur vide, un cœur qui veut toujours prendre. Tout ce que je peux ressentir, éprouver, c’est l’envie de prendre. Nous savons que la loi de la vie dit : « Si tu veux de l’amour, donnes-en ». Mais le cœur vide, lui, cherche toujours à prendre.

Il y a aussi le cœur fermé, un cœur qui avait confiance, une confiance totale, et qui a été trahi. Ce cœur a tellement de mal à faire confiance à nouveau qu’il se ferme.

Il y a le cœur lourd : toutes ces expériences ou bien un fort sentiment de culpabilité ont rendu mon cœur tellement lourd. Je me sens coupable, accablé.

Et parfois j’ai un cœur trop sensible, si fragile, si délicat, que, quoi qu’il arrive, il se fait mal et se blesse.

Je commence ma quête d’un amour vrai

La peine originelle de l’esprit humain est en fait d’avoir perdu
l’ amour de Dieu, cette mémoire de la perfection, de l’amour, de l’appartenance, de la proximité, qui me fait me sentir comblé,
en sécurité, paisible.

Alors j’entre dans une période où je recherche l’amour de Dieu. Mais j’emporte avec moi un cœur en très mauvais état, qui a besoin de beaucoup de soin pour panser ses blessures.

J’entre ainsi dans un cheminement spirituel, je deviens l’enfant de Dieu. Mais, comme j’ai une maladie de cœur,  ma première expérience quand je suis face à Dieu est la suivante : « Je suis rentré à la maison, je t’ai trouvé, tu es l’Océan d’amour, tu es Celui qui va m’aimer, tu es Celui qui va me guérir, Celui qui va m’aider à guérir ce cœur malade que j’ai porté durant toutes ces vies ».

Et donc, je me présente devant Dieu avec beaucoup d’attentes. J’ai parfois de bonnes expériences, mais souvent je ne ressens pas grand-chose. C’est comme si j’étais devant l’amour que j’avais tant cherché, mais je ne ressens pas grand-chose.
C’est le début du voyage spirituel.

Il faut du temps pour débloquer un cœur fermé

Ne lâchez pas, n’abandonnez pas. Il faut du temps pour débloquer un cœur fermé, il faut du temps pour commencer à guérir. Soyez patients, cela fonctionnera avec le temps parce que, selon ma propre expérience, je sais que Dieu donne cette incroyable éducation pour guérir complètement mon cœur.

Et la première chose qu’Il nous enseigne et l’une des choses qui m’a frappé si profondément quand je l’ai entendue c’est : « Le véritable amour est un amour qui existe toujours, l’amour vrai est l’amour qui existe toujours ».

Je dois donc commencer à recentrer mon amour, me recentrer loin de ce qui est temporaire, loin des relations et rôles éphémères, et me concentrer sur ce qui est permanent. Plus j’attache mon cœur à ce qui est temporaire, plus j’introduis la peur et l’insécurité dans ma vie.

Par quoi dois-je commencer ?

  • Premièrement, je commence par apprendre à aimer Dieu comme une âme, je commence à apprendre à m’aimer comme une âme et à aimer les autres comme des âmes. Ainsi, la guérison commence par la réalisation que le véritable amour consiste à aimer ce qui est toujours là. Cela guérira ma peur de perdre ce que j’aime.
  • Deuxièmement, je transfère mon amour du physique au spirituel, et je commence à réaliser que, si je suis attiré par quelqu’un au niveau physique, cela va instantanément désactiver ma capacité à rechercher l’amour permanent. Donc, je commence par transférer mon amour du physique au spirituel, c’est-à-dire transférer l’amour du corps à l’amour de l’âme.
  • Troisièmement, je passe d’un amour basé sur l’émotion à l’amour qui repose sur la vérité. L’amour basé sur l’émotion est cet amour conscient du corps, qui vous aime un jour et vous rejette le lendemain, celui-là même qui nous a jetés dans la confusion. Je recherche un amour basé sur la compréhension, sur la vérité. C’est l’amour que Dieu me donne. Il me voit, Il connaît ma valeur. Que mon niveau monte ou descende, que je sois comme ci ou comme ça, Dieu ne cesse de m’aimer parce qu’Il voit ma beauté, Son regard reste concentré sur ma beauté. Il ne va pas m’aimer un jour parce que je fais quelque chose de bien et me rejeter le lendemain car je commets une erreur. Ça, c’est l’amour émotionnel.

Dieu m’apprend même à transformer mon amour dépendant en amour pur : mon amour est à la fois détaché mais totalement aimant, et c’est là la grande sagesse.

Extrait d’une conférence de Charlie Hogg, directeur des Centres Brahma Kumaris en Australie – 31 janvier 2021 – Traduit par le Centre de Raja Yoga de Québec.

Si cet article vous a inspiré.e, merci de le partager sur vos réseaux sociaux ou par mail. Ensemble, contribuons à bâtir un monde meilleur !

Retour haut de page