Les mécanismes de la pensée


un pesronnage avec des bulles dans lesquelles on peut voir des points d'interrogation Qu’est-ce qui fait apparaître une pensée plutôt qu’une autre ?

La production des pensées est absolument constante. Qu’est-ce qui fait apparaître une pensée plutôt qu’une autre ? La stimulation de vos mémoires conscientes ou inconscientes. Votre appréhension du monde et votre interaction avec la matière s’effectuent à travers vos sens physiques et subtils. L’information reçue en permanence à travers vos organes ou votre perception ultrasensible, intuitive, de l’atmosphère, des vibrations, interroge ou stimule constamment l’énorme masse d’informations des expériences passées que vous avez enregistrées.

Une pensée naît suite à la stimulation de la mémoire d’une scène vécue, en rapport avec la perception du moment présent. Il se produit alors un enchaînement très rapide, une pensée en entraîne une autre, puis une autre… On peut remonter le fil de ses pensées en observant leur enchaînement.

un homme entouré de bulle dans lesquelles on peut lire "expérience"

Quelles pensées avez-vous ? Beaucoup de pensées sont générées par les besoins du corps, besoins primaires de son entretien et des personnes à votre charge : manger, dormir, se laver, se vêtir, entretenir son logement, gagner sa vie et s’impliquer dans un travail. Tous ces besoins engendrent des pensées nécessaires.

Parmi ces pensées, existe une surabondance de pensées liées à vos intentions ou à vos attachements, à ce à quoi vous donnez priorité. Je peux par exemple avoir quelques pensées sur la manière de m’habiller aujourd’hui. Je peux tout aussi bien y passer des heures, selon mon attachement à l’esthétique, mon appréhension de mon physique ou mon intention de séduire. Pour ceux que cela indiffère, de telles pensées sont considérées comme de la pure perte, du gaspillage.

Les pensées « perdues »

L’habitude des pensées inutiles ou ruineuses est commune à presque tout le monde, puisque très peu de gens ont pris l’habitude de garder un contrôle sur leur esprit pour pouvoir l’utiliser dans une direction choisie. Fréquemment nous accomplissons nos actions en pensant à autre chose. Il en résulte une dépense d’énergie supérieure à celle que nécessite une action à laquelle nous sommes attentifs.
Nous ne sommes pas dans le présent mais nous nous promenons dans une scène passée ou dans la projection d’une scène à venir.

La non concordance entre pensée et action engendre un sentiment de pesanteur ou d’ennui. L’absence de concentration, qui n’est autre qu’un manque d’attention, nous fait abandonner une tâche avant qu’elle soit terminée ou oublier ce que nous souhaitions faire.


L’effort du yogi va toujours vers l’économie, un recentrage qui permet de garder à la fois la conscience de soi et la conscience de l’action, la conscience de soi en train d’agir. Apprendre à maintenir cette conscience permet de tenir à distance des actions qui favorisent des habitudes non souhaitées.


Retour haut de page